Une nouvelle année

Une nouvelle année

Nous voilà en 2019! La motivation et la détermination qui m’animent m’ont poussée à vous demander votre avis quand au contenu du site. J’ai mis en ligne un questionnaire pendant quelques jours en décembre, pour faire le point et être à votre écoute. Je commence donc cet article en vous partageant les réponses que vous m’avez fournies! 

Durant le reste de votre lecture, vous découvrirez : un bilan des derniers mois de la boutique, des nouveautés dans ma vie, et les derniers romans graphiques que j’ai lus!

Tableau des réponses au formulaire Forms. Titre de la question : Quel genre de contenu aimerais-tu voir de ma part?. Nombre de réponses : 143 réponses.

Tableau des réponses au formulaire Forms. Titre de la question : Qu'est ce tu aimerais voir sur la boutique? . Nombre de réponses : 143 réponses.Tous les titres des barres ne sont pas affichés, alors je vous écris ceux qui manquent dans l’ordre : 

– de nouveaux prints/cartes postales (deuxième barre)

– de petits livrets à feuilleter avec des illustrations (zines) (4ème barre)

– badges/pins (avant dernière barre)

Merci beaucoup pour les réponses, les suggestions que vous avez ajoutées! (Ainsi que les gentils messages!!!) Je précise qu’il y avait d’autres questions dans le questionnaire, mais je n’ai pas jugé nécessaire d’afficher les résultats ici. Ça m’a vraiment poussée à encore plus façonner le contenu de l’identité et le contenu de « Leila Etcetera ». J’ai de nombreuses idées, et voir que vous être sincèrement intéressés est un véritable moteur. Je prends en compte tout ça dans le but de proposer des choses variées, intéressantes et complètes. 2019 s’annonce riche en idées!

Je sais que je vais continuer de faire des bijoux, et je suis vraiment déterminée à mettre la barre plus haute, question qualité. Je compte m’acheter un four qui chauffe jusqu’à plus de 900° pour faire fondre des métaux. Il y a certaines régulations en France concernant le métal précieux (or, argent), alors je pense commencer avec du bronze de différentes couleurs. Il y a des pâtes qui permettent de modeler tout ce qu’on souhaite avant de les faire cuire sous très haute température dans un conteneur spécial. Tout ceci a évidemment un prix, mais je veux vraiment me lancer dedans!

Je vais également faire de nouveaux stickers, même si cette fois ils ne seront pas sur une feuille, mais plutôt indépendants. Je vais aussi travailler sur tout ce qui est collection textile, ainsi que les illustrations et bien d’autres!

Un pendentif en pâte de métal du tutoriel du site Perles and Co (source ici)

Dans le but de faire une rétrospective de 2018, je me suis dit que j’allais faire les comptes de ma boutique et de voir où j’en étais. 50 commandes ont été passées depuis l’ouverture en octobre dernier! J’étais si heureuse de constater ce nombre, surtout en sachant que je n’étais pas sûre d’où j’allais avec ce projet au tout début. Merci de m’avoir fait confiance en ces débuts plus qu’encourageants. J’ai appris énormément de choses, aussi bien en pratique artistique qu’en gestion de boutique en ligne. C’est vraiment passionnant.

Cependant, l’apprentissage passe aussi par l’erreur. J’ai été confrontée à quelques échecs et déceptions, parfois par ma faute, parfois par l’imprévu. Je tâtonne encore beaucoup, et parfois je suis très enthousiaste à propos de quelque chose qui finalement ne plaira pas autant, ou ne sera pas d’aussi bonne qualité que ce que je voulais… Tout ça m’aide malgré tout à mieux cerner ce que vous attendez.

Au niveau financier, la boutique m’a beaucoup aidée à renouveler mes ressources et à pouvoir me procurer plus de matériel et à essayer de nouvelles choses. Mais les chiffres ne mentent pas : avec tout ce que j’ai acheté pour pouvoir faire du contenu et des produits, j’ai plus dépensé que gagné avec la boutique. Je tiens un journal de dépenses et de recettes très précis, et 2018 s’est terminée dans le négatif. Ce n’est pas grave du tout à mes yeux, car je ne compte pas vivre de ma boutique,  mais cela veut dire qu’il est nécessaire d’ajuster mes prix pour dégager une marge décente. 

Après ces dernières semaines, j’ai décidé de reprendre un job à temps partiel. J’ai passé l’entretien fin décembre et j’ai été prise rapidement pour commencer mi-janvier, et c’est un soulagement! De plus l’équipe est très jeune et a l’air super, ce qui me fait croire que l’environnement de travail sera bien plus agréable que pendant mon dernier CDI! J’ai vraiment hâte de commencer. J’ai également choisi de prendre moins d’heures pour ne pas prendre du retard sur mes études. 

De plus, j’ai appris l’existence d’un atelier commun à Paris, Le Cent – Etablissement Culturel Solidaire (le site ici). J’y vois une solution parfaite pour moi, car je cherchais désespérément un endroit où pratiquer des activités artistiques autre que l’appartement où je vis. Étant étudiante par correspondance, je commençais à avoir du mal à rester au même endroit, à travailler mes cours, ma boutique au même endroit que là où je dors, mange, me distrais… L’utilisation de l’atelier est à condition d’un abonnement, mais le tarif est vraiment abordable par rapport au nombre d’entrées mensuelles que l’on souhaite.

Des peintures entreposées sur le sol du studio où je vis, entre les jouets de chats et le bureau…

Mon but pour 2019 est donc de continuer d’étudier correctement, d’être assidue au travail et de fournir un contenu de qualité pour Leila Etcetera! J’aimerai également mieux interagir avec vous, car le contact avec les gens qui me suivent sur les réseaux est primordial pour moi.

Je vais vous raconter un peu ma vie, mais j’ai pu prendre des vacances pour passer les fêtes de fin d’année avec des proches. J’ai pu totalement me déconnecter. J’ai passé un excellent Noël! Ça a sincèrement été bénéfique, car j’ai pu envoyer les dernières commandes de la boutique et m’en détacher mentalement pendant quelques temps. J’ai quand même commencé à travailler sur des commandes personnalisées avant de… tomber malade. 

Au moment où j’écris ça, plus d’une semaine s’est passée depuis le début de la maladie. Même si je n’ai plus le look d’un mort vivant desséché avachi dans son lit, ma tête est lourde, mon nez déverse des litres, et c’est difficile de se concentrer sur mes travaux. Je prends du retard sur des commandes importantes à mes yeux… Ce qui est assez angoissant. J’ai hâte d’être totalement sur pied!

Mes compagnes pendant la maladie

Comme je l’avais promis, je vais vous parler des romans graphiques qui ont retenu mon attention! Je précise que je lis aussi des romans sans illustrations, mais je ne sais pas si ça aurait un réel intérêt ici. Je trouve que le couplage de l’image et de la narration du roman graphique est particulièrement pertinent sur mon blog.

Le sculpteur, de Scott McCloud

Résumé : « David Smith consacre sa vie à l’art – jusqu’à l’extrême. Grâce à un pacte avec le diable, le jeune artiste voit son rêve d’enfance réalisé : pouvoir sculpter tout ce qu’il souhaite, à mains nues. Mais ce pouvoir hors norme ne vient pas sans prix… Il ne lui reste que 200 jours à vivre, pendant lesquels décider quoi créer d’inoubliable est loin d’être simple. D’autant que rencontrer l’amour de sa vie le 11e jour ne vient rien faciliter ! »

Ce roman graphique, entièrement en noir et bleu, parle d’art, d’un homme torturé par son art, et d’amour. Il raconte l’histoire du personnage de David Smith. Sculpteur tentant de se faire un nom à New York, il se trouve dans une situation vraiment précaire et n’a plus grand chose à perdre. Il acquiert son pouvoir secret en échange de sa vie, et rencontre une jeune fille dont il tombe directement amoureux. 

J’ai bien aimé ce livre, car l’histoire et les dessins sont très prenants, mais j’ai pu été touchée par la relation entre David Smith et la fille que la problématique du marché de l’art. Le traitement de ce dernier est assez cliché (les « gosses de riches » sans démarche artistique qui percent facilement, les juges influençables…). Le personnage principal est très entêté et m’a parfois agacée, mais il fait preuve d’intelligence. Apparemment les personnages ont été librement inspirés de l’auteur lui-même et de sa femme. Je trouve que c’est probablement pour ça que leur relation est aussi crédible!

D’ailleurs l’auteur a un site très bien fait où il affiche ses nombreux projets dans la bande dessinée, et des webcomics sont disponibles sur son site! Attention par contre, tout est en anglais. Le site juste ici ! J’ai lu plusieurs projets vraiment intéressants et interactifs dessus!

Château de sable, de Frederik Peeters et Pierre Oscar Lévy

Résumé : « Fruit de la collaboration entre Pierre Oscar Lévy et Frederik Peeters, Château de sable se présente comme un huis-clos à ciel ouvert, une fable sociale mordante et dérangeante. Sur une plage, le destin de 13 personnages va se retrouver bouleversé par un événement inconcevable, un basculement de la réalité qui va plonger cette petite troupe dans un abîme de questionnements. Mais le temps est compté. »

Cet ouvrage m’a énormément perturbée. C’est le genre de livre qui, une fois fermé, hante obsessionnellement. J’ai cherché de réponses à mes nombreuses questions en ligne. Dans l’histoire, l’angoisse monte crescendo. Les personnages sont confrontés au temps qui passe à une vitesse folle. La panique sensiblement croissante des protagonistes m’a réellement alertée, alors que la fatalité du temps s’abattait sur eux. Les réactions très humaines du groupe ainsi que la qualité du trait du dessin m’ont totalement plongée dans le récit. J’ai vraiment adoré cette bande dessinée!

Je suis également très impressionnée par la prouesse du dessinateur, qui avait comme défi de faire évoluer physiquement ses personnages en subtilité. Je dois dire que c’est très réussi, et que j’admire le style et la précision de l’anatomie. Je vous conseille vraiment de mettre les mains dessus!

Éloge de la névrose en 10 symptôme, de Leslie Plée

Résumé : « Du syndrome de l’adultisme (quand on veut faire des trucs qui font adulte alors même que quand on lit une carte des vins c’est comme du Kafka en japonais), au syndrome du super-héros (quand on veut être trop parfait), en passant par le syndrome de Bernard Montiel, Leslie revisite les syndromes les plus connus pour nous parler avec tendresse, justesse et humour de nos petites névroses au quotidien. »

J’ai découvert Leslie Plée avec un grand plaisir à travers cet ouvrage rafraîchissant. J’ai ri de nombreuses fois en lisant les aventures de cette femme en qui on peut facilement se reconnaître. Les illustrations semblent être à l’aquarelle, et sont tellement agréables à regarder! Il y a une multitude de sujets abordés. J’ai été très touchée par la vie de cette personne qui est juste comme nous.

Je finis cet article ici, et j’espère que vous aurez apprécié! N’oubliez pas de me suivre sur les réseaux pour les petits moments du quotidien que je partage 🙂 ! Je vous souhaite une superbe année 2019, qu’elle vous soit brillante!!

 

Leila

Une nouvelle année

Un bilan des derniers mois de la boutique, des nouveautés dans ma vie, et les derniers romans graphiques que j’ai lus!

Lire plus »

Préparation de la boutique, salon Création Savoir Faire et musée

Ces derniers jours..

Hello! Ces deux dernières semaines, j’ai travaillé sur de nouvelles choses à mettre sur la boutique. Du coup, demain sortent mes premiers bracelets et des illustrations en format carte postale, je suis très enthousiaste! 

Les illustrations sont issues de peintures aux pastels que j’ai faites. Je n’avais pas touché à ce medium depuis bien longtemps, et je me suis libérée avec plusieurs dessins de paysages aux couleurs flamboyantes. J’ai choisi ceux avec les couleurs les plus vibrantes et émotives pour en faire des impressions. Elles seront proposée sous petits packs de 5! Elle sont parfaites pour décorer une étagère, un pan de mur, ou même juste en tant que support d’écriture, car le dos est d’une bonne qualité et surtout vierge, pour vous permettre de les utiliser en cartes postales 🙂 !

Pour les bracelets, j’utilise des chaînes, des crochets et des anneaux en laiton plaqués or 24k, et je me suis assurée de la qualité en allant en magasin tester différentes tailles de chaînes. J’ai fait en sorte d’avoir une longueur de poignet qu’on peut adapter avec une chaîne réglable à la fin, plus épaisse pour que le crochet s’y attache facilement. Donc, pas de panique pour la taille si vous souhaitez en achetez un! 

Les petits losanges, quant à eux, sont modelés dans une pâte au fini céramique après la cuisson. Ils sont très petits donc c’est assez fastidieux car mes doigts me paraissent énormes quand je les manipule, mais il y a quelque chose de très relaxant à se concentrer sur cette tâche.

En tout cas je suis très satisfaite de la qualité des bijoux, même si j’ai passé un temps étonnant à les faire (sûrement à cause de mon perfectionnisme). Je voulais vraiment qu’ils soient très réguliers et au fini soigné avant de vous les proposer. Dans le futur, j’expérimenterai avec de nouvelles formes, couleurs et tailles de bijoux.

Je suis allée au Salon Création Savoir Faire la semaine dernière! C’est un événement qui donne l’occasion à des marques ou des commerçants d’être exposants le temps de quelques jours à Paris, et j’y allais dans l’optique d’être inspirée par ce que je voyais et noter quelques noms ou sites. J’ai vu deux exposants proposer de la sérigraphie (première photo), quelques personnes faire de la peinture (style beaux arts), mais je dois avouer que le reste était beaucoup de scrapbooking, de patchwork et de décoration à l’aide d’objets tout-faits. Donc pas vraiment ma tasse de thé… J’ai vu quelques stands de bijoux que j’ai attentivement épluchés, mais je n’ai fait aucun achat pendant le salon.

Sans surprise, ce sont les motifs et esthétiques japonais qui m’ont le plus donné d’idées. Par exemple ce stand affichait des tissus très détaillés pour fabriquer différentes choses : kimonos, ornements, couvertures de coussins… Je suis vraiment tombée sous le charme de la variété et de la qualité des visuels. De plus, la neutralité du stand mettait élégamment en valeur le travail. 

Je suis tout de même contente d’avoir pu en apprendre un peu sur d’autres disciplines. Malheureusement les exposants se répétaient parfois un peu trop, avec certains articles identiques… Ce sont finalement les exposants étrangers qui ont le plus apporté à mon goût.

Je me suis rendue au Centre Pompidou à nouveau (et oui, j’ai souscrit à un abonnement pop pour un accès gratuit et illimité), mais cette fois pour visiter les collections permanentes d’art moderne. Certaines oeuvres m’ont vraiment touchée, et je vous mets mes tableaux préférés de ma visite.

J’aime beaucoup ce travail artistique. Dans la pièce adjacente, il y avait des tableaux sur de grands formats, dont les tracés de peinture étaient issus du mouvement. Je pense notamment à un artiste qui se suspendait au dessus de sa toile posée au sol, et qui exécutait une danse avec de la peinture sur la plante de pieds. Cela rendait le tableau agité, avec des lignes brusques et des courbes laissant deviner des ronds de jambe amples. Je n’ai pas pris cette peinture en photo, malheureusement, car je suis partie au musée sans vider la carte mémoire de mon appareil, erreur que je ne referai plus…

Tout ça pour dire que j’apprécie l’expression pure du mouvements, des formes et des couleurs dans l’art. Je comprends qu’on puisse ne rien voir à travers ces oeuvres, ce sont mes goûts personnels, et la façon dont j’interprète ce que je vois 🙂

 

J’ai également pris un abonnement à la bibliothèque (enfin) et j’ai déjà dévoré deux superbes romans graphiques, mais j’en parlerai la prochaine fois, car il m’en reste un à lire parmi ceux que j’ai empruntés! J’ai hâte de vous en parler!!

Merci de m’avoir lue, je vous souhaite un excellent reste de journée (je vais voir un ballet ce soir hehehe)!

Mes favoris « artistiques » du mois

Mes favoris de ce mois

J’espère que vous allez bien! Aujourd’hui dans mon article j’ai envie de vous parler sur des choses que j’ai faites ces dernières semaines. Si vous me suivez sur Instagram vous être déjà pas mal au courant, mais c’est quand même sympa de faire un petit récap’!

Déjà au niveau du site leilaetcetera, j’ai pu sortir quelques nouveautés : des t-shirts, des boucles d’oreilles, et les stickers! J’ai l’impression que vous avez apprécié tout ça, car la plupart des choses se sont écoulées le jour même, et je suis ravie de tout ce que j’ai pu vous envoyer. Merci beaucoup!!

Du coup, ces dernières semaines je suis allée au Centre Pompidou, où j’ai pu voir l’exposition de Tadao Ando, un architecte japonais. Sa vision de l’architecture s’apparente à un souhait de revenir vers une approche avec la nature, en réponse à l’industrialisation de l’architecture urbaine. Il joue avec le sens des espaces, le rapport entre l’intérieur et l’extérieur. On retient les notions de simplicité, à travers les matières qu’il utilise, comme le béton lisse, ou encore les formes géométriques qu’il emprunte à la nature. L’eau et la lumière trouvent leurs place dans ce retour aux sources. 

 

J’aime beaucoup l’idée derrière ce travail, et je trouve que mes propres directions artistiques reprennent ces idées. L’exposition présente environ 50 projets, et cela sous forme de maquettes, vidéos, plans d’architecture… C’était vraiment top et très informatif par rapport à ma formation de design d’espace. Je vous conseille vivement d’y faire un tour si ça vous intéresse! Elle est présentée jusqu’au 31 décembre 2018.

Sinon, j’ai commencé à écouter des podcasts concernant l’entrepreneuriat et l’art. Ils sont en anglais, attention. Tout d’abord, j’ai écouté un épisode d’Ariel Bisset de sa série « Portrait of a Freelancer« , intitulé « Getting Organized for Freelance ». Elle y abord des problématiques auxquelles je peux m’identifier, car elle a elle-même suivi des cours par correspondance, en plus d’avoir sa propre petite entreprise. Tous les thèmes des épisodes me semblent intéressants et elle est très sympathique!

J’ai aussi écouté un épisode des podcasts de Antrese Wood,  « The Savvy Painter« , qui était « Following your Intuition with Jordan Wolfson ». Elle y avait une discussion avec son invité, cité dans le titre, autour de son parcours et des démarches qui animent l’artiste, comme le contraste entre la langue et l’art, son procédé artistique, la place de l’intuition dans la création… Antrese Wood est une excellente guide et pose ses questions de façon à ce que le tout soit fluide et que l’invité soit confortable, et j’ai vraiment apprécié de connaître leur points de vues sur les sujets abordés. Je vous le conseille grandement!

Et récemment, j’ai pu participer à un atelier que l’illustratrice et youtubeuse Ectomorphe (Louisa) a organisé avec Cdiscount. C’était vraiment sympa, on était à peu près 20 personnes, et nous avons fait notre propre calendrier décoré, à l’image de ce qu’elle a proposé sur sa boutique en ligne. La meilleur chose, c’est que j’ai pu faire connaissance avec d’autres filles qui ont leur propres projets et ambitions. Ça m’a fait très plaisir de pouvoir être dans cette ambiance et de discuter avec elles! (Je n’ai pas pris de photos, j’étais très concentrée sur mes enveloppes!) 

 

L’instagram de Louisa & sa chaîne youtube ici!

 

Pour finir, je vais vous parler d’une bande dessinée qui m’a troublée : Adulteland de Oh Yeong Jin.

« Traduit du coréen par Choi Juhyun et Thomas Dupuis

Au bar d’Adul­te­land, parc d’at­trac­tions exclu­si­ve­ment réservé aux adultes, un homme boit un verre en compa­gnie d’une incon­nue et s’aperçoit qu’elle a les souve­nirs et la person­na­lité de sa défunte épouse. Qui est-elle réel­le­ment ? Est-ce le hasard qui l’a mise sur son chemin ?

Dans ce polar d’an­ti­ci­pa­tion désen­chanté, l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle et la robo­tique ont fait de tels progrès que des huma­noïdes font leur appa­ri­tion, inter­ro­geant l’hu­ma­nité sur sa nature profonde. Oh Yeong Jin dépeint un futur crédible qui annonce le monde de Blade Runner. » 

Image de couverture et résumé issus du site flblb.com.

Dans cette histoire, nous accompagnons des hommes dans des situations réalistes : ils travaillent en bureaux, ont une famille à charge, et la vie les a un peu coincé. Tout au long de la lecture je ressentais la fatigue des personnages résignés et dans leur routine, confrontés à des problèmes relationnels, professionnels, les conséquences de leurs propres choix… J’ai lu cette histoire avec un ton grave, presque pesant. Pour moi, la robotique n’est pas le seul sujet du livre malgré le résumé de l’intrigue, car les personnages ont leur propre histoire, dans leur présent. Les robots avec qui ils conversent sont ce qu’ils ont le plus en commun.

Au niveau de la narration, le rythme est très régulier, avec le même nombre régulier de cases dans chaque page. Je trouve que ça correspond bien aux personnages, qui sont eux même dans une sorte de monotonie quant à leur vie. Les dessins sont en noir et blanc, et je dois avouer que le style est assez surprenant par ses choix : les femmes ont de longs mentons pointus comme des couteaux, et tous les personnages sont assez disgracieux. Une fois qu’on s’y fait, on constate que ça reste appliqué, que les traits sont clairs et qu’il est très facile de suivre ce qui se passe (Des fois je suis découragée par les polices fouillies et les images qui se superposent trop chez d’autres artistes). 

Globalement, la psychologie des personnages est très bien abordée, et le récit est équilibré et attachant. Je vous le recommande totalement! 

 

J’espère que vous vous sentez inspirés par ce que je vous ai présenté! Merci beaucoup de votre lecture 🙂

L’avancement de la nouvelle collection

Update sur la collection

Hello! Début octobre, j’ai lancé quelques t-shirts et tote bags peints à la main, et je dois avouer que je ne m’attendais pas à ce qu’ils partent tous dans la soirée! Comme j’ai vraiment apprécié le fait de fabriquer tout ça et d’envoyer les paquets avec amour, j’ai décidé de vraiment me donner à fond et de sortir une nouvelle collection pour la fin de Novembre, à l’approche de Noël. Après vous avoir consultés sur les réseaux sociaux, j’ai pu me fixer de nouveaux buts et explorer de nouvelles techniques de création.

Voici ce dont la collection sera constituée (si tout se passe comme prévu dans mon planning) de :

 t-shirts peints à la main!

– sweats en coton ceritifé bio, peints à la main,

– des boucles d’oreilles en polymère à la finition céramique, modelée avec amour et peintes à la main,

– une feuille de stickers! 6 jolis paysages que j’ai dessinés, sur une feuille au design unique. Très faciles à détacher, ils sont en vinyle et de très bonne qualité, durables dans le temps.

– tote bags peints à la main,

– sacs à dos en coton certifié bio (37×41 cm) peints à la main.

Attention, ce seront des quantité très limitées, car je prends beaucoup de temps à peindre chaque objet. Je préfère vous proposer seulement des choses dont la qualité me plait, même si seulement 5 sweats doivent sortir malgré le nombre un peu plus grand que j’ai acheté.

 

Pour les boucles d’oreilles, j’étais au départ partie sur l’idée de les faire en utilisant des supports en bois. Finalement, le rendu ne me plaisait pas et faisait vraiment « cheap », en plus c’était vraiment délicat de les manier et la peinture bavait partout de l’autre côté… La catastrophe. Mais je trouve que ça reste un ornement assez joli, et comme j’ai passé vraiment pas mal de temps dessus je pense les intégrer au packaging des commande, histoire de rendre le paquet encore plus agréable!

Du coup j’ai acheté de la pâte polymère au fini céramique pour avoir une plus grande liberté sur la forme et la texture des bijoux. Du coup il me faut seulement modeler la paire, faire un trou dedans avec un cure-dent, et pouf! Au four.

Ensuite, je peins soigneusement les bijoux et les remets quelques minutes au four. J’ai eu plusieurs paires de ratées, à cause de la peinture qui coulait, qui se froissait ou faisait des bulles en chauffant. Ça m’a obligée à redoubler d’attention et à comprendre comment éviter ce genre de problèmes! En tout cas le rendu me semble bien mieux correspondre à ce que je voulais faire, et j’ai très hâte d’en refaire!

Les stickers, que j’ai faits imprimés en Angleterre, arrivent bientôt chez moi! Les imprimeurs sont très gentils et envoient plusieurs mails pour être sûrs que je confirme bien tout. J’ai également ma commande de sweats/sacs à dos en préparation à Paris. 

Je suis vraiment contente d’avoir pu choisir des cotons bio. Mon but est d’intégrer la notion de commerce équitable dans mes créations, car connaître les conditions des gens qui travaillent en usine et la question environnementale comptent à mes yeux, même si je suis bieeeeen loin d’être parfaite!

 

J’espère que ce petit article vous aura plu, et on se retrouve très bientôt ! N’hésitez pas à me donner vos réactions et vos réponses sur les réseaux sociaux 🙂